2 - La papeterie Tsubaki - Ogawa Ito

Roman - 374 pages

Lorsque Hatoko, jeune femme d'une vingtaine d'années, hérite de la papeterie de sa grand mère, à Kamakura, elle ne se doutait pas que sa vie allait changer.

Formée dès sa petite enfance à la calligraphie par sa grand mère, personne très exigeante et sévère, elle se rebelle à l'adolescence et décide de partir et de mener sa propre vie, laissant" l'Ainée" (la grand mère) à son métier d'écrivain public. Elle qui pensait fermer la librairie et la vendre afin de mettre un terme à son passé, ne pensait pas que les souvenirs viendraient la submerger, et tout cela à cause des clients qui viennent taper à sa porte lui demandant de perpétuer le métier de" l'Ainée".

Avant d'être un roman, c'est une immersion dans le monde de la calligraphie, l'auteur explique avec soin tout le soin apporté à la confection de la lettre. Suivant qu'il s'agit d'une lettre de rupture, de condoléances, d'amour, de faire part de divorce le choix est différent aussi bien pour la tournure des phrases, le papier,  l'enveloppe ou la couleur du timbre, même l'écriture diffère.  La tradition dit qu'il faut attendre le lendemain pour fermer l'enveloppe et l'envoyer, plein de petit rites à respecter.

Une tasse de thé,un verre de vin ou autre est offert à chaque client afin de s'impregner de l'histoire, un partage avec les personnages qui permettra à l'écrivain public de s'identifier à l'expéditeur.

Ce n'est pas un roman d'action, c'est une ambiance avec un rythme lent, l'impression de partager la vie du quartier, des personnages.

Un immense plaisir de lecture